a

Gemeses

Le Cávado ici est large, ses eaux sont calmes et ses rives basses, ressemble à un lac, réellement. Tant qu’il ne fut pas construit un pont sur le fleuve, cet endroit fut l'une des meilleures zones de passage, du temps des romains, passant par l'époque médiévale, où les pèlerins se déplaçaient à Santiago de Compostela. Pour cela, la barque reliait les deux rives, dans un va et vient constant, selon le flux des personnes en attente pour traverser le fleuve. Dans les deux marges, il y´avait des bateliers qui répondaient aux exigences des voyageurs de toute condition sociale. Lorsque D. Manuel I fut allé en pèlerinage à Compostelle, il empreinte dans cette barque, qui était alors l'unique moyen pour traverser le Cávado.

Le local était si agréable et attractif que les nobles y construisirent leurs résidences sur l'une ou l'autre des rives du fleuve, étant souvent des résidences de familles importantes. Autour du lac, il y´avait des activités durant toute l´année. Après la construction du pont sur le Cávado, la Barca do Lago perdit ses fonctions, facilitant le passage des personnes et des marchandises. Mais il gagna une autre activité lorsque les sports nautiques et les loisirs commencèrent à faire partie du quotidien de beaucoup. Grâce aux excellentes conditions qu'elle offre, la Barco do Lago est un endroit très recherché, que ce soit pour ses rives ou pour les eaux du Cávado. Que diriez-vous d'une promenade en canoë sur le fleuve où vous serez en contact permanent avec la nature?

Selon la légende, au XIIIe siècle, dans un filet que les pêcheurs ramassèrent, apparut une statue de la vierge. Cette apparition créa des rumeurs dans les environs et fut baptisée la statue de «Nossa Senhora do Lago». Pour protéger la statue de la vierge, fut construite une chapelle sur la rive droite du fleuve et pour à protéger les pèlerins qui pieusement partaient vers le Nord, plus précisément à Santiago de Compostela. Pour abriter ces pèlerins, une auberge fut aussi construite sur la même rive, là ils pouvaient se reposer, après avoir traversé le Cávado avec succès. La tradition dit qu´ après l´apparition de la vierge, les bateliers du Cávado, en remerciement de la protection qu´ils recevaient de la sainte, commencèrent à transporter des personnes gratuitement. Il y´avait des bateliers sur les deux rives, toujours prêt à aider les pèlerins ou les passants. La tradition dit que «se passava por Deus» (ils passaient pour Dieu), sous la protection de la vierge. Mais les bateliers de la Barca do Lago vivaient comme les autre hommes et devaient s´alimenter et entretenir les barques. C´est pourquoi la population des villages voisins obligèrent les paiements en aliment, en bois et autres biens pour aider ces bateliers à survivre et entretenir les barques. Il y´avait aussi la fête au début du mois d´Août. La population se rassemblait autour de la chapelle de la Senhora do Lago et le pique nique était réparti entre tous. Ces traditions sont particulières puisque les personnes offraient des biens à des étrangers, des passants, à ceux qui ne faisaient pas partie de la population de la région. Aujourd´hui, nous ne pouvons plus traverser le Cávado à la Barca do Largo, mais nous pouvons apprécier ces magnifiques rives, profiter de la nature dans l'un de ses meilleurs tableau.

L'actuelle chapelle consacrée à la Senhora do Lago est une construction datant de la fin de l'Époque Moderne, après les changements de l´année 1930. Le culte à notre Senhora do Lago date bien avant le XIIIe siècle. Ce fait est prouvé par une chanson du troubadour Fernão do Lago, qui mentionne la fête de la vierge cette même année. Cet édifice, de plan rectangulaire, présente une façade simple, tournée vers l´Ouest. Sur la porte principale, il existe un oculus ovale, surmonté par des «azulejos» (carrelages) où apparaît Nossa Senhora do Lago. À gauche, existe une pierre tombale ou nous pouvons lire la date de 1732. C´est un élément supplémentaire pour dater cette chapelle du XVIII e siècle. Au Sud, dans les combles, se trouve une petite une cloche qui finit en croix. À l´intérieur du temple, se trouve la statue de la vierge, datant à priori de la fin du XVI e siècle, bien comme un évier, une coupe romaine, qui proviendrait de l´église paroissiale. À l´époque des invasions françaises du XIXe siècle, les troupes occupaient la chapelle.

Les Alminhas da Barcap, est un ensemble élégant en granit, avec un édicule de dimensions raisonnables en forme rectangulaire et un arc parfait, dont la construction remonte au XVIIIe siècle. À l´intérieur, ii y´a un retable en bois où est représenté, parmi d´autres statues, le Christ crucifié aux côtés de Nossa Senhora do Carmo et Santo António. Dans la partie inférieure, nous pouvons lire la légende: « Ó vós que ides passando lembrai-vos/ De nós que estamos penando « ( ) Dans les environs, il aurait existé une ancienne auberge.

Le Solar dos Gayos, surplombant les eaux calmes du Cávado, appartenait à José Machado Paes de Araújo Felgueiras Gayo. Dans un recoin, nous pouvons observer une pierre….

Le Solar dos Machados, à l´Ouest du Solar dos Gayos détient en surmontant l´impotent portail de la maison dos Machados, le blason de famille, indiquant que cette maison appartenait aux descendants des Machados, Mirandas, Pereyras et Villas- Boas, familles de hautes lignées de la commune et de la région. Au début du XIXe siècle, durant l'époque des invasions françaises, le Solar servit de quartier général aux troupes de Soult.